Psychologie et neurosciences 2 : à quoi sert le cerveau ?

Présentation

Enseignant : Pierre Bertucci

Nous traiterons 3 thèmes différents :

1) L'interprétation des images :

Si en  quelques  140  millisecondes  notre  système  visuel  reconnaît  les  visages, en  revanche  le  défi  posé  aux systèmes visuels  artificiels,  à savoir  reconnaitre  une  scène  naturelle,  par  exemple  un  visage, esttoujours d'actualité si l'on en croit la mésaventure arrivée à Tim  Cook, le patron d'Apple, lors de la présentation mondiale de l'IPhone 10, lorsqu'il a du s'y  reprendre à 3 fois pour déverrouiller son appareil, équipé d'une reconnaissance faciale (Face ID) !

 2) Une brève incursion dans «l'inconscient Cognitif» :

L'inconscient Freudien et l'inconscient cognitif ne se ressemblent guère car, alors que le premier cité est anormal et pathologique, le second n'est pas celui d'une dynamique des affects, mais celui du traitement de l'information (TI.).

Les sciences  cognitives contemporaines mettent l'accent  sur  la place limitée que  joue la conscience dans des traitements complexes de l'information, y compris des traitements sémantiques. En effet, on sait désormais que ce  que  nous croyons,  pensons ou  faisons, résulte  d'une  activité  neuro-cognitive dont  nous  ne sommes  pas conscients, Nous verrons comment.

3)  Éléments de neuro-plasticité : de la substitution sensorielle à la suppléance perceptive (ou comment voir avec la peau /la langue / les oreilles ?) :

Puisque  des  aveugles  voient  grâce  à  des  stimulations tactiles ou  auditives, la  question   de  la  possibilité  de substituer un sens à un autre se pose : si par exemple on prend le flux de données d'une caméra vidéo et qu'on  le convertit en signaux destinés à un autre sens, disons  le goût ou le tact, serait-il possible de voir le monde par ce biais ? La réponse est oui,et nous verrons comment.