Option lettres modernes - Perspectives comparatistes

Présentation

« Perspectives comparatistes »

Enseignante : Véronique Léonard-Roques

Contenu du cours

« Écrits de femmes aux XXe et XXIe siècles : théorie, écriture personnelle, reconfigurations mythopoétiques »

               Il s’agira de questionner l’écriture féminine non dans sa dimension de théorie critique générale, mais en tant que prise de conscience des questions de genre (gender) dans la venue à l’écriture et dans sa pratique. En quoi cette écriture se démarque-t-elle par ses formes et ses thèmes du canon littéraire entendu au sens de « littérature majeure ou établie » (G. Deleuze et F. Guattari ) qui, selon des écrivaines comme Christa Wolf et Annie Leclerc, traduirait la domination masculine, y participerait, voire la consacrerait ? « Nous n’avons pas de modèles authentiques, cela nous demande du temps, des détours, des erreurs », écrit ainsi Christa Wolf dans sa « Lettre à A. » (Cassandre, 1983) tandis qu’Annie Leclerc lui fait écho : « Assourdissant tumulte des grandes voix ; pas une n’est de femme. […] Qui parle dans les gros livres des bibliothèques ? Qui parle au Capitole ? Qui parle au temple ? Qui parle à la tribune et qui parle dans les lois ? » (Parole de femme, 1974).

              Nous partirons donc de l’essai fondateur de Virginia Woolf (A Room Of One’s Own, 1929) qui met en relief les obstacles socioculturels et politiques empêchant les femmes d’accéder à la production littéraire pour nous intéresser à quelques écrits contemporains témoignant de l’appropriation par des femmes auteures d’un territoire longtemps considéré comme masculin. En effet, Celles qui savaient (1997) de Claude Pujade-Renaud, L’Evénement (2000) d’Annie Ernaux et Etre ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker (2016) de Marie Darrieussecq sont autant d’expressions de cette volonté de révision des formes, des thèmes et des mythes qui remettent en question la prédominance d’une voix masculine souvent présentée comme universelle.

Textes au programme

Darrieussecq, Marie, Etre ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker, Paris, POL, 2016, repris en coll. « Folio ».

Ernaux, Annie, L’Evénement, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2000.

Pujade-Renaud, Claude, Celles qui savaient, Arles, Actes Sud, 1997.

Woolf, Virginia, Une chambre à soi [A Room Of One’s Own, 1929], trad. Clara Malraux, Paris, Denoël, 1977, repris en « 10/18 ».

Éléments de bibliographie (études critiques)

Brunel, Pierre, Mythocritique. Théorie et parcours, Paris, PUF, 1992.

Butler, Judith, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, Londres / New York, Routledge, 1990.

Cixous, Hélène, « Le rire de la Méduse », in L’Arc, n° 61, 1975.

Cixous, Hélène, « La venue à l’écriture », in H. Cixous, Madeleine Gagnon, Annie Leclerc, La Venue à l’écriture, Paris, Union Générale d’Editions, 1977.

Deleuze, Gilles, « Philosophie et minorité », Critique, n° 369, Paris, Minuit, février 1978.

Didier, Béatrice, L’écriture-femme, Paris, PUF, 1981.

Didier, Béatrice, Fouque, Antoinette, Calle Gruber, Mireille (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Des Femmes / Antoinette Fouque, 2013.

Dorlin, Elsa, Sexe, genre, sexualités, Paris, PUF, 2008.

Dubois, Jacques, L’institution de la littérature [1978], Paris, Labor, 2005.

Fort, Pierre-Louis, Houdart-Merot, Violaine (dir.), Annie Ernaux. Un engagement d’écriture, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2015.

Gély, Véronique, « Les sexes de la mythologie. Mythes, littérature et gender », in Anne Tomiche et Pierre Zoberman (dir.), Littératures et identités sexuelles, Nîmes, SFLGC, coll. « Pratiques comparatistes », 2007.

Kunz Westerhoff, Dominique, Mnémosynes. La réinvention des mythes chez les femmes écrivains, Genève, Georg Editeur, 2008.

Heidmann, Ute, Vamvoury Ruffy, Maria, Coutaz, Nadège (dir.), Mythes (re)configurés. Création, dialogues, analyses, Lausanne, Université de Lausanne, CLE, 2013.

Héritier, Françoise, Masculin / féminin 2. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002.

Héritier, Françoise (dir.), Hommes, femmes : la construction de la différence, Paris, Le Pommier, 2005.

Leclerc, Annie, Parole de femme, Paris, Grasset, 1974.

Léonard-Roques, Véronique (dir.), Figures mythiques. Fabrique et métamorphoses, Clermont-Ferrand, PUBP, 2008.

Mathieu-Castellani, Gisèle, La Quenouille et la lyre, Paris, J. Corti, 1998.

Planté, Christine, La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Presses Universitaires de Lyon, 2015.

Regard, Frédéric, L’Ecriture féminine en Angleterre, Paris, PUF, 2002 (en particulier chapitres sur V. Woolf).

Stistrup Jensen, Merete, « La notion de nature dans les théories de l‘écriture féminine’ », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°11, 2000 [en ligne].

Viala, Alain, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985.

Viala, Alain, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Bull. Bibl. France, Paris, t. 37, n° 1, 1992 [en ligne].

Compétences visées

Affiner sa connaissance des théories critiques littéraires contemporaines, notamment en matière d’étude de genre et de réception (sociologie de la littérature). Maîtriser les enjeux de pratiques littéraires relevant de l’écriture personnelle, du témoignage et de la mythopoétique.