Master Chimie et Sciences du VivantParcours Chimie Environnement Marin

Présentation

Objectifs

Le master Chimie de l'Environnement Marin (mention Chimie et Sciences du Vivant) du domaine Sciences de la Mer et du Littoral (SML), prépare de jeunes scientifiques (formation de base générale et/ou professionnelle en chimie, biochimie, chimie analytique, biogéochimie et environnement, etc...) au doctorat avec une forte coloration en chimie marine et en chimie analytique. Il permet également aux diplômés d’intégrer directement le milieu professionnel dans le domaine de la chimie de l'environnement.

Cette formation prépare les étudiants aux carrières visant à des activités de recherche fondamentale ou appliquée en chimie analytique, chimie de l'environnement, biogéochimie marine et fonctionnement des écosystèmes. Les nouveaux diplômés contribuent à la diffusion des connaissances et peuvent assurer des activités de sensibilisation ou d’enseignement auprès de divers publics dans ces domaines. Ils peuvent développer et mettre en place des stratégies d’études, des campagnes à la mer et optimiser des techniques expérimentales. Ils peuvent assurer des expertises scientifiques dans diverses instances à vocation environnementale. Ils rédigent des rapports et des articles scientifiques et assurent l’animation scientifique dans leur domaine.

Les environnements professionnels qui accueillent ces nouveaux diplômés sont multiples : universités, centres de recherche, bureaux d’étude en environnement, laboratoires d’analyses chimiques et de contrôle qualité et organismes de la fonction publique (aménagement littoral, protection et mise en valeur des zones côtières, lutte contre les pollutions marines).

 

Compétences acquises

Lors de sa formation, le diplômé acquiert une solide formation en chimie théorique et appliquée et maîtrise les concepts fondamentaux en chimie de l'environnement marin. Il possède des connaissances spécifiques en biologie marine, en océanographie physique et en géosciences marines qui lui permettent d’aborder la pluralité des mécanismes qui gouvernent le fonctionnement des écosystèmes côtiers et océaniques. Il maîtrise les techniques d’analyse chimiques modernes (Spectrométrie de masse, ICP-MS, CPG, HPLC, spectroscopie, techniques électrochimiques) disponibles dans les laboratoires de recherche, de l’industrie ou de contrôle. Il est capable de conduire une démarche scientifique autonome visant à répondre à une problématique environnementale (i.e définir l'état d’un écosystème et prévoir son évolution) en mettant en œuvre les techniques d’échantillonnage sur le terrain, les protocoles expérimentaux en laboratoire, et en interprétant les données obtenues. Il dispose également d'une capacité de synthèse des documents scientifiques.

Admission inscription

Conditions d'accès

L’admission en M1 est soumise à l’examen du dossier par la commission d’admission. Pour qu’une candidature soit recevable, elle doit attester d’une formation de base en chimie, en chimie-physique en biochimie, en chimie environnementale ou en biogéochimie, de niveau licence. L’admission est fondée sur la qualité globale du dossier : parcours, motivation, clarté du projet professionnel et  expériences antérieures éventuelles.

Ont accès au M2 de droit les étudiants reçus aux examens de M1 provenant de la même mention (CSV) et sur dossier les étudiants des mentions Biologie et du master SML ainsi que ceux des autres universités françaises ou étrangères présentant un cursus approprié. Ces étudiants devront suivre l’UE Enjeux et Problématiques des Sciences de la Mer et du Littoral (M1).

L'accès à cette formation est également possible si vous êtes en activité professionnelle, en recherche d’emploi ou si vous avez interrompu vos études initiales depuis plus d’un an. Vous relevez alors du statut de stagiaire de la formation continue pour vos études.

Vous pouvez aussi accéder à cette formation par les différents dispositifs de validation des acquis (VAE, VAPP 85 et VES).

Pour toutes ces situations, il convient de contacter au plus tôt le bureau REVA du Service de Formation Continue :

www.univ-brest.fr/profils/reprise-etudes-vae

www.univ-brest.fr/formation-continue

 

Candidature

Candidature en M1 et M2 par dépôt d'un dossier accompagnée d'une lettre de motivation décrivant le projet professionnel.

Modalités de recrutement en master 1 : dossier de candidature, CV, lettre de motivation, copie des diplômes

Programme

M1

Semestre 7

Enjeux et problématiques des sciences de la mer et du littoral (conférences 2 jours )2 crédits3h
Techniques de recherche documentaire2 crédits12h
Spéciation chimiques des éléments dans le milieu marin3 crédits24h
Traitement et analyse des données océanographiques3 crédits24h
Géochimie marine3 crédits24h
Observation et séries temporelles : validation des méthodes5 crédits48h
Méthodes des sciences de l'environnement marin I5 crédits48h
Introduction à la chimie marine5 crédits48h
Anglais2 crédits24h

Semestre 8

Connaissance du monde du travail2 crédits12h
Techniques de recherche d'emploi2 crédits12h
Anglais2 crédits24h
Océanographie physique4 crédits36h
Chimie des écosystèmes marins5 crédits48h
Traceurs océaniques : bases et concepts3 crédits24h
Field Research Instruction Geochemistry3 crédits24h
Université Flottante3 crédits24h
Stage7 crédits
Biogéochimie et écologie des milieux polaires5 crédits48h

M2

Semestre 9

Ingénierie de projet2 crédits12h
Anglais scientifique et analyse critique de la littérature2 crédits24h
Biogéochimie dans l'Atlantique sud : upwellings et courants de bord ouest (ICEMASA)3 crédits24h
Sciences et sociétés2 crédits24h
Méthodes des sciences de l'environnement marin II6 crédits36h
Biogéochimie et modélisation6 crédits36h
Géochimie, biochimie et chimie organique marine3 crédits24h
Interactions Océans et Climat3 crédits24h
Traceurs océaniques : nouvelles approches3 crédits12h

Semestre 10

Stage (5,5 mois)30 crédits

Et après ?

Poursuite d'études

Accès possible en doctorat.

Insertion professionnelle

Le diplômé de ce master peut exercer dans le secteur de la recherche fondamentale et appliquée dans les centres de recherche, les bureaux d’étude en chimie, en environnement, les laboratoires d’analyses chimiques, contrôle qualité et les organismes de la fonction publique (aménagement littoral, protection et mise en valeur des zones côtières, lutte contre les pollutions marines).

Il peut exercer les emplois suivants :

♦Ingénieur de recherche
♦Ingénieur d’étude
♦Chercheur
♦Enseignant-Chercheur

Voir les enquêtes de l'Observatoire de l'UBO

Les + de la formation

♦ Fait partie intégrante du Domaine « Sciences de la Mer et du Littoral » regroupant 8 mentions sur un même site (IUEM -UBO) et est unique en France.

♦ S’inscrit dans un contexte local et régional très favorable (pôle de compétitivité Mer Bretagne, groupement d’intérêt scientifique Europôle mer) et bénéficie d’un tissu socioprofessionnel dans le domaine de la chimie et de l’étude du milieu marin. La formation s’appuie sur une plateforme analytique (pôle de spectrométrie océan) qui lui permet d’avoir accès aux équipements les plus performants pour l’analyse.

♦ Bénéficie de l'appui de différents soutiens financiers spécifiques pour la mobilité sortante des étudiants (LABEXmer, Direction Europe International-UBO) pour un stage ou des écoles d'été à l'étranger.  

♦ Propose deux UE’s facultatives (Field Research Instruction geochemistry et Université flottante) dont les compétences sont mentionnées dans un supplément au diplôme. Ces UE’s favorisent des échanges scientifiques en langue anglaise entre étudiants de nationalités différentes et de disciplines connexes et permettent d'appréhender via une démarche pratique et participative la recherche scientifique marine.

Environnement pédagogique

♦ Un adossement à des laboratoires de recherche d’excellence et de nombreux partenariats académiques (nationaux et internationaux)

♦ Une grande diversité des modes d'enseignement : sorties sur le terrain en effectif réduit, travaux pratiques en laboratoire, projets tutorés avec restitution orale et/ou écrite, étude de cas, enseignements participatifs entre les deux étudiants de M1 et M2 et ceux de l’Ecole Doctorale des Sciences de la Mer...

♦ Une part significative des enseignements disciplinaires proposée en langue anglaise (Biogéochimie et écologie des océans polaires, océan-climat, Field Research Instruction geochemistry...)

♦ Un conseil de perfectionnement composé d'étudiants élus (M1 et M2), des acteurs du monde socio-professionnel et des responsables des UE's de la formation, permettant de faire évoluer de manière permanente la formation.

Aide à la réussite

♦ Un effectif réduit en M1 et en M2 (15-20 au maximum chaque année) favorisant l'insertion professionnelle.

♦ Des enseignements spécifiques visant à renforcer le lien avec les entreprises (projet de vie professionnel) dans lesquels interviennent des acteurs du monde professionnel.

♦ Des journées dédiées  permettant aux étudiants de prendre contact avec le monde de l'entreprise.

♦ Des liens forts des enseignants chercheurs et chercheurs participant à la formation avec les institutions et les entreprises partenaires (CEDRE, IFREMER, IRD, LABOCEA...) en particulier lors de l'encadrement des stages qui sont proposés.

♦ Un réseau d'anciens élèves.

Vie étudiante

♦ Un cadre géographique privilégié à l'entrée de la Rade de Brest, dans une région à forte vocation maritime et à proximité des plus grands centres de recherche (Ifremer, IPEV, IRD..).

♦ De nombreuses activités nautiques et sportives proposées aux étudiants inscrits à l'IUEM-UBO.

♦ Des associations étudiantes au sein de l'Institut (www-iuem.univ-brest.fr/fr/formation/vie-etudiante).

Mobilité internationale

Le rayonnement international de la formation se traduit par plusieurs actions de coopération via des partenariats :

♦ Avec l’International Antarctic Institute (IAI), coordonné par l’Université de Hobart (Australie).  Ce partenariat permet aux étudiants de la formation de postuler sur des stages fléchés à l’étranger sur des thématiques liées aux milieux polaires et de candidater au label IAI délivré par un jury d’experts.

♦ Avec l'Afrique du Sud et notamment l'Université du Cap, dans le cadre du Laboratoire Mixte International ICEMASA et de l'institut ACCESS (Africa Centre for Climate and Earth Systems Science) permettant des échanges d’enseignants chercheurs et d’étudiants et une labélisation croisée.

♦ Via une UE  mutualisée avec l’université d’Utrecht (Pays Bas), permettant une participation conjointe à des travaux scientifiques d’’étudiants du master Chimie de l'Environnement Marin et du master Géosciences de l’Université d’Utrecht.