Psychopathologie clinique de l'adulte

Présentation

Responsable : Houssine JOBEIR

Description : Psychopathologie fondamentale II - La psychopathologie classique

Les progrès de la connaissance du corps humain et notamment de la médecine interne font croire à la possibilité enfin de l’établissement d’un déterminisme organique précis des troubles de l’âme et des affects. Cette croyance fonde la psychiatrie classique, depuis Pinel jusqu’au cognitivisme et à la neurophysiologie d’aujourd’hui. Le livre fondateur de cette psychiatrie pourtant porte comme titre Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale ou la manie. Et, effet, la technologie appliquée au corps humain n’est autre chose qu’une philosophie qui s’oublie, négligeant sa propre démarche, tout comme le cognitivisme qui néglige la logique et la théorie de la connaissance est une technologie qui se prétend dépourvue d’esprit.

L’époque de la psychiatrie classique assiste à la multiplication de catégories nosographiques : catatonie, hébéphrénie, démences précoces ou séniles, schizophrénie, psychose hystérique, hystérie, névrose obsessionnelle. Cette inflation est telle que les chercheurs en santé mentale seront amenés à établir d’autres critères diagnostiques, purement descriptifs et à l’écart de toute théorie générale, ayant l’ambition de constituer une psychopathologie universelle, sans rien préjuger des déterminismes organiques. En effet, si la psychiatrie a échoué dans son ambition de démontrer et soigner ces troubles organiques, elle devient caduque et cède la place à l’alliance entre de nouvelles recherches neurophysiologiques et biologiques, d’une part, et la psychologie, éventuellement d’inspiration phénoménologique et ayant ses assises avant Kant, chez Aretée de Cappadoce et après Kant, chez Husserl, Heidegger ou Merleau-Ponty.

Nous étudierons pendant ce semestre la période qui vient de Kant et Pinel jusqu’à la phénoménologie moderne, sans négliger l’effort classificatoire du DSM.

Bibliographie :

- J. Postel et C. Quetel, Nouvelle histoire de la psychiatrie, Paris, Dunod, 2004.

- M. Foucault, Histoire de la Folie à l’Âge Classique, Paris, Gallimard,

- I. Kant, Essai sur les maladies de la tête suivi d’Observations sur le sentiment du beau et du sublime, Flammarion, 1990.

- H. F. Ellenberger, Histoire de la découverte de l’inconscient, Paris, Fayard, 1994.

- J. Pigeaud, La maladie de l’âme, Paris, Les Belles Lettres, 2006.   

- M. Dide, Les idéalistes passionnés, Paris, Frisson-Roche, 2006.

- P. Sérieux et J. Capgras, Les folies raisonnantes, Félix Alcan Editeur, 1909. Repris dans Analectes, Théraplix, sans date

- J. Cotard, M. Camuset , J. Seglas, Du délire des négations aux idées d’énormité, Paris, L’Harmattan, 1997.