Licence mention Sciences de l'homme, Anthropologie, EthnologieParcours Ethnologie

Présentation

Objectifs

L’objectif de la L3 est d’initier les étudiants à la description et l’analyse critique des faits socioculturels.

Après une Licence d'ethnologie, l'étudiant aura les compétences nécessaires pour assurer des enquêtes qualitatives basées sur la méthode de l'observation participante. L'auto-réflexivité qu'il aura développée lui permettra de construire des objets de recherche pertinents, appropriés à l'étude d'une région, d’une communauté, d’un réseau. Il aura aussi été formé aux normes rédactionnelles propres au monde de la recherche ainsi qu'aux processus de vulgarisation, de diffusion et médiation scientifique et culturelle.

Parce que invité tout au long de son parcours à confronter la théorie et la pratique, les savoirs fondamentaux et ses propres expériences pratiques développées dans et en miroir du monde, l'étudiant développera une gymnastique de l'esprit qui  lui permettra de mieux comprendre et  répondre aux défis sociaux, économiques, écologiques et culturels.

L’ethnologie est une des nombreuses manières de comprendre l’Homme… on peut essayer d’élargir la connaissance de l’homme, pour y inclure même les sociétés les plus lointaines… de manière à ce que rien d’humain ne nous reste étranger… l’ethnologie consiste à essayer de comprendre l’homme par la totalité de ses expériences et de ses réalisations » (Claude Levi-Strauss, 1984)

Programme

Licence 3ème année

Semestre 5

UE1 Les structures symboliques et sociales6 crédits
Anthropologie de la parenté22h
Anthropologie symbolique22h
UE2 Le champ environnemental6 crédits
Techniques et culture matérielle22h
Anthropologie de la nature22h
UE3 Approches méthodologiques4 crédits
Méthodes ethnographiques11h
Préparation au terrain16h
UE4 Le champ politique4 crédits
Sociologie de la ville22h
Anthropologie des frontières culturelles22h
UE5 Langue3 crédits20h
1 option(s) au choix parmi 12
Allemand20h
Anglais20h
Arabe20h
Breton20h
Chinois20h
Espagnol20h
FLE20h
Irlandais20h
Italien20h
Japonais20h
Portugais20h
Russe20h
UE6 Outils et méthodologie 3 crédits12h
Conférence en master12h
Entretien de fin de licence12h
UE7 Accompagnement et valorisation des études 1 crédits12h
UE8 Projet personnel3 crédits24h
1 option(s) au choix parmi 1
UE Découverte UFR
1 option(s) au choix parmi 11
Asie 3 - Humanité et société en Asie Orientale 22h
Cinéma 3 - Analyse filmique 222h
Edition 3 - Découverte des métiers22h
Enseignement 3 - Manuels scolaires et conception d'un cours22h
Histoire des religions 3 22h
Média 3 - Production et interprétation des nouveaux médias24h
Culture numérique 3 - Transformation, mutation, transition numérique24h
Psychologie et neurosciences 3 - Éléments de neuropsychologie22h
Terrain 3 (géographie)22h
Histoire de l'art24h
Gestion publique24h

Semestre 6

UE1 Approches comparatives6 crédits
Vers une anthropologie interprétative22h
Anthropologie politique22h
UE2 Frontières culturelles, frontières ontologiques6 crédits
Rhétoriques de l'animalité22h
La tradition instrumentalisée ?22h
UE3 Terrain collectif6 crédits
Terrain88h
UE4 Les apports interdisciplinaires2 crédits
Archéologie22h
Ethnolinguistique des aires celto-atlantiques22h
UE5 Langue3 crédits22h
1 option(s) au choix parmi 12
Allemand22h
Anglais22h
Arabe22h
Breton22h
Chinois22h
Espagnol22h
FLE22h
Irlandais22h
Italien22h
Japonais22h
Portugais22h
Russe22h
UE6 Outils et méthodologie3 crédits12h
Culture numérique 312h
UE7 Expérience professionnelle4 crédits22h

Stage

Stage

La formation s'articule autour d'une alternance entre les cours théoriques et les préparations concrètes au stage/terrain. La partie « terrain » du stage (sem. 6) n’est que  le point d’arrivée d’une préparation à la recherche concrète qui se déroule tout au long de l’année (ateliers et visites hors les murs). Cette UE 3 donne droit à 6 crédits (1/3 pour la réalisation du terrain, 1/3 pour le suivi des cours et la recherche des données théoriques et des sources bibliographiques et 1/3 pour la rédaction du mémoire). En cas d'incapacité à effectuer le stage, l'étudiant devra rédiger un mémoire complémentaire.

 Le stage (collectif et/ou individuel)est l'occasion pour renforcer les liens entre l’Université et le territoire en créant des ponts durables avec les communautés partenaires dans la perspective d'un enrichissement mutuel (étudiant, université, entreprise privée).

Enquête de terrain

  • Commentaire sur la durée :

    Le stage collectif d'une durée d'une semaine au second semestre fait l'objet de cours préparatoires aux 1er et  2nd semestres.

    Le parcours d’ethnologie de l’UBO se caractérise par l’élaboration chaque année d’une enquête de terrain en L3 sur des territoires locaux voire internationaux.

    L’objectif de ces déplacements  est d’initier les étudiants à l’observation, la description et l’analyse critique des faits socioculturels saisis dans leur dimension concrète.


Plus d'information sur le Guides des stages et de l'alternance

Et après ?

Poursuite d'études

La licence peut conduire les étudiants :

  •  à la préparation d’un concours administratif de niveau licence
  •  à poursuivre dans un autre cursus (moyennant une validation d’acquis auprès de l’administration)

Pour les étudiants désireux de poursuivre à l’université au-delà de la licence, la filière oriente   vers des formations recherche ou professionnalisante, comme à l’UBO les masters :

  • CCS (civilisations, cultures et sociétés)
  • Patrimoine et musées
  • Tourisme

Insertion professionnelle

La discipline permet l’acquisition d’outils pratiques qui anticipent les compétences qui seront à l’œuvre dans nombre de métiers : pratique de l’entretien (pour les journalistes), capacité de rédaction, immersion dans un contexte social et culturel différent, observation-participation, diagnostic économique et social (pour les chargés de développement, agents de développement). Le « terrain » est un apprentissage à l’adaptation en plus d’être un mode d’accès à la connaissance. Le va et vient propre à la discipline entre réalité vécue et conceptualisation est un cadre très formateur pour aborder n’importe quelle profession. la connaissance des langues est un plus particulièrement utile. Ce conseil valable pour tout type de profession, l’est encore davantage pour une Science humaine dont le premier objectif est la connaissance de l’altérité. Savoir entretenir une connaissance linguistique acquise durant son cursus secondaire, la perfectionner au cours du cheminement universitaire et profiter de la variété offerte par l’UBO pour entamer une initiation à une langue autre, voire rare est une démarche dynamique qui ne peut que mieux positionner l’étudiant (e) pour l’avenir. La maitrise d’une langue minoritaire (minorée) ou rare, est un plus incontestable dans un marché de l’emploi concurrentiel.

 Plus précisément à titre indicatif :

 - enseignant/chercheur

 - chercheur : CNRS, IRD, MNHN, INRA…

 - vers l’entreprise : les grandes firmes recrutent également à partir de « profils  a-typiques » ; de nombreux DRH ont au départ une formation en sciences humaines.

 - les métiers du patrimoine

- la valorisation touristique : souvent en dérivé des débouchés

- l’information et la communication

- les métiers émergents dans le public et le privé : Autour de la question de l’environnement, de la protection de la bio-diversité, de la gestion du risque environnemental une nouvelle demande se constitue : chargé d’étude dans les collectivités territoriales.

Voir les enquêtes de l'Observatoire de l'UBO

Les + de la formation

Au-delà des collaborations engagées avec des formations ayant cours à l’UBO, des partenariats académiques sont établis avec différentes structures régionales qui attendent que leurs propres étudiants soient sensibilisés aux concepts et méthodes de l’ethnologie. Il en est ainsi de :

  • l’École de sage-femme ;
  • l’École supérieure d’art de Brest (ESAB) : dans le cas présent, une convention a été signée avec l’UBO qui permet aux étudiants de l’ESAB de valider les enseignements suivis à l’UFR de L&SH ;
  •  l’Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) ;
  •  l’Institut régional des travailleurs sociaux (IRTS) ;

En sont chargés les enseignants du département et/ou les étudiants issus de notre formation et inscrits en doctorat.

 Des partenariats professionnels existent également qui se concrétisent cependant plus tard dans le cursus des étudiants engagés dans des études d’ethnologie : contrats de recherche avec le ministère de la Culture (dans le cadre de la convention du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO), bourse CIFRE (contrat avec Brest métropole océane), ARED du Conseil régional de Bretagne, etc.

Des doctorants ont pu bénéficier tout récemment de contrats de recherche dans le cadre du projet ANR, CO-SCIENCES, Sciences et société.Il existe d’autres possibilités offertes aux étudiants ethnologues pour développer des projets ponctuels : contrats de recherche établis dans le cadre local des activités du Parc naturel régional d’Armorique (PNRA), du Parc naturel marin d’Iroise (PNMI), des structures muséographiques, qu’elles soient locales (Établissement public de coopération culturelle (EPCC), « Chemin du patrimoine en Finistère »), régionales (Musée de Bretagne à Rennes), ou même nationales (Musée de la civilisation de l’Europe et de la Méditerranée, MuCEM).

Enfin, il faut considérer la chance de travailler dans une université à taille humaine où le contact avec les enseignants est facile et direct.

Environnement pédagogique

Enseignants en poste au département d’ethnologie:

Géraldine le Roux : spécialiste des questions de muséologie, commissaire d’exposition, travaille plus particulièrement sur l’art, la mer et l’anthropologie du corps.

Terrains : Australie, Océanie, Bretagne. Voir son profil : https://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Membres+du+laboratoire/Enseignants-chercheurs/Geraldine-Le-Roux+

Sergio Dalla Bernardina : spécialiste des rapports hommes/animaux, de l’anthropologie de l’environnement, des questions épistémologiques ayant trait aux conditions de production du discours ethnologique. Directeur du LACI (équipe du IIAC). Voir son profil : https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=sergio+dalla+bernardina+laci

Terrains : France, Italie (des terrains européens nourris systématiquement par la comparaison avec les cadres culturels des sociétés traditionnelles et non-occidentales)

- Philippe Pesteil : spécialiste d’anthropologie économique, de l’alimentation, des cultures techniques, des revendications minoritaires.

Terrains : Corse, Iakoutie (peuples Evens, Yukaghirs).

Mobilité internationale

L’anthropologie étant une science historiquement liée aux sociétés « autres », le département a toujours cherché à nouer des accords Erasmus et des cotutelles. Il encourage les logiques de mobilité étudiante, lesquelles  se produisent régulièrement tant en mobilité sortante (étudiants français  acquérant des ECTS  dans les universités étrangères), qu’en mobilité entrante (étudiants  des mêmes universités venant acquérir des spécialités et des ECTS au  département d’ethnologie de l’Université de Bretagne Occidentale).

 À l’échelle nationale et internationale, le département d’ethnologie de l’UBO bénéficie, au profit de ses étudiants, des partenariats existant entre équipes de recherche : professeurs invités, étudiants en stage de post-doctorat, participant à des rencontres scientifiques mués au gré des circonstances en pédagogues occasionnels, etc. Des cotutelles de thèses (Argentine, Belgique, Canada, Italie) sont enfin à mentionner, qui viennent marquer l’aboutissement de ces partenariats. Des liens non-conventionnés sont également fort avec avec l’Australie, notamment la James Cook University.