Rhétoriques de l'animalité

Présentation

 

Les rapports entretenus par les hommes avec les animaux domestiques et sauvages constituent depuis toujours un haut lieu de la réflexion anthropologique. En fait, la façon dont les différentes cultures se représentent le monde animal offre une clé particulièrement efficace pour saisir, au delà des réalités spécifiques, la logique qui oriente ces cultures dans leur globalité. C’est ainsi, par exemple, que l’étude du « totémisme » (notion largement contestée par Claude Lévi-Strauss), a permis de développer des observations déterminantes sur la culture matérielle, la structure sociale, l’organisation symbolique de nombreuses populations prémodernes.

             Mais réfléchir sur le rapport à l’animal constitue aussi une voie d’accès propice à l’étude de la contemporanéité. L’inquiétude croissante pour les espèces en danger, le malaise collectif de plus en plus prononcé face à la question de la souffrance animale, l’engouement pour les animaux de compagnie sont à l’origine d’une série de discours stéréotypés qui traversent du haut en bas notre espace social.

            On peut considérer ces discours comme des symptômes nous permettant de faire le point sur la société d’aujourd’hui. Mais on peut les aborder aussi comme autant de prétextes, de stratégies rhétoriques poursuivant des objectifs qu’il s’agit de déceler. Le cours portera à la fois sur l’étude d’un certain nombre de textes fondamentaux et sur des exemples ponctuels illustrant les procédés de construction symbolique de l’animalité dans la société contemporaine.