Risques et identités

Présentation

Enseignante : Elisabeth Guillou

Programme :

Les risques constituent une problématique d'actualité difficile à contourner dans des sociétés qui s'inscrivent dans des questions de sécurité et de prévention. Mais en raison de leur diversité, des multiples situations au sein desquelles ils sont étudiés et des multiples approches théoriques, définir les risques n’est pas chose aisée. Les manifestations des risques sont larges et innombrables : allant d’activités quotidiennes (les risques domestiques, les risques alimentaires, les risques liés aux transports…) à des activités plus exceptionnelles (risques chirurgicaux, les risques technologiques…). En outre, le risque, bien souvent perçu comme dommageable, peut être aussi conçu comme une opportunité de gain (jeux de hasard, bourse…).

Dans ce cours, nous aborderons les risques (plutôt dans leur caractère dommageable que les individus cherchent à éviter) en examinant les travaux sur la perception et l'évaluation du risque, considérant ainsi le risque comme une construction sociale. En psychologie sociale, deux principales approches du risque se distinguent : une approche qui distingue le profane de l'expert. L'évaluation et la prise de risque des profanes sont alors comparées à celles d'un ou plusieurs experts afin de pouvoir mettre au jour les dysfonctionnements des premiers. Que ces dysfonctionnements soient qualifiés de biais, illusions ou croyances, il s'agit ici de hiérarchiser deux formes de pensée, reproduisant en partie les hiérarchies sociales. Au contraire, une autre approche en termes de représentation du risque met en avant l'activité de construction sociale des individus lorsqu'ils appréhendent un risque. De la sorte, la théorie des représentations sociales propose d'une part, d'abandonner la hiérarchie entre formes de pensée, et d'autre part, de rendre possible l'articulation avec l'identité sociale du fait de la prise en compte des facteurs sociaux et culturels.

Bibliographie distribuée en cours